Découvrez pourquoi le Saint-Esprit compte tellement pour l’Eglise ?

6 Oct 2019

Quand on parle d’esprit, de quoi parle-t-on ? En France, l’esprit évoque souvent une forme d’intelligence humaine (on dit d’une personne intelligente qu’elle a de l’esprit !), mais il peut également être compris comme un matériau, distinct de la pensée et des émotions, qui élève l’âme. Dans la Bible, l’esprit évoque d’abord Dieu : on parle alors du Saint Esprit. Présent dès la création du monde (« l’Esprit de Dieu planait sur les eaux »), il est décrit comme le souffle, tout à la fois discret et insaisissable, puissant et efficace : il console les coeurs, guérit les malades, ressuscite les morts ; il parle par les prophètes, fait trembler les forteresses, transforme les disciples en apôtres de l’Evangile…

Mais si Dieu agit en l’homme grâce à son Esprit, c’est parce que, en le créant à son image, il l’a doté lui aussi d’un esprit. L’être humain est ainsi la seule créature qui est à la fois corps, âme et esprit. Et c’est par l’esprit que nous sommes connectés à Dieu, capables de saisir sa présence, d’entendre sa voix, de manifester sa puissance. La vie chrétienne est donc avant tout une vie de l’esprit et dans l’Esprit. Ce n’est pas en nous appliquant à observer des règles et des commandements que nous devenons chrétiens, c’est en accueillant l’Esprit du Christ vivant en nous : par lui Dieu se révèle dans les Ecritures, par lui nous devenons enfants de Dieu, par lui nous recevons le pardon, par lui nous portons du fruit bien au delà de nos capacités humaines. Voilà pourquoi nous devons prendre au sérieux l’exhortation de l’apôtre Paul : « N’éteignez pas l’Esprit ! » 1 Thess 5,17.