Immersion ou aspersion, lequel est le vrai baptême ?

11 Oct 2019

La Bible nous raconte que Jésus a été baptisé dans un fleuve, le Jourdain. A cette occasion, il a très probablement été entièrement plongé dans l’eau (Matthieu 3, 13-17), c’est aussi comme ça qu’a été baptisée la majorité des premiers chrétiens. Cependant, le baptême par immersion n’était pas la seule pratique reconnue dans la première Église. Dès l’origine, des chrétiens étaient aussi baptisés par aspersion (de l’eau leur était versée sur la tête). La Didachè, un enseignement sur la pratique chrétienne écrit fin Ier s. début IIème s. (à la même période que la rédaction des Évangiles) préconise à son époque une pratique plurielle du baptême :« …baptisez au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit dans de l’eau vive. Mais, si tu n’as pas d’eau vive, (…) verse trois fois de l’eau sur la tête au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. »

Aujourd’hui, la pratique de notre Église suit la même logique : le sens du baptême est le même que l’on soit entièrement plongé dans l’eau ou que de l’eau soit versée sur notre tête.

Le baptême, comme la Sainte-Cène, est un moyen par lequel Dieu se communique à nous. Il est un signe que Dieu utilise pour communiquer sa grâce. L’eau symbolise la purification de notre corps et de notre âme, elle dit la mort, puis la résurrection. L’eau est le signe, mais c’est l’œuvre du Christ à la croix qui nous a rendus effectivement purs devant Dieu et qui nous a donné la vie (1 Jean 1, 7) ; à travers l’eau, c’est par le Saint-Esprit que le baptisé est au bénéfice de cette grâce (Matthieu 3, 11). Le baptême est avant tout un moyen que Dieu nous donne de nous rendre compte, dans notre corps, par nos sens, de la réalité de son salut. Pour cela l’eau est nécessaire, mais la question de la quantité d’eau reste secondaire.

Il est donc aussi bien possible de faire un baptême avec 25 centilitres d’eau qu’avec 1000 litres car le Saint-Esprit en est l’acteur principal ! Au Temple du Marais, nous baptisons beaucoup d’adultes qui sont volontaires et qui signifient ainsi un changement radical de vie et aujourd’hui, nos bâtiments étant chauffés, on ne risque plus de mourir d’une pneumonie suite à un baptême comme ça a pu être le cas quand, après sa naissance au Moyen-Orient, le christianisme a commencé à se développer en Europe ! Nous avons donc la possibilité de baptiser par immersion… et nous ne voulons pas nous en priver !

Envie d’en savoir plus sur le baptême ? 1PAS2+ Baptême approche ! Cette formation se déroule en deux matinées, les samedis 23 et 30 octobre. Inscriptions sur bapteme.dumarais.fr