Charte de l’accompagnement

22 Jan 2016

Depuis plus de dix ans l’Eglise protestante unie du Marais propose à ceux qui le demandent un accompagnement spirituel qu’elle a voulu décrire dans ce texte.

Qu’est-ce qu’un accompagnement spirituel au Marais ?

Les rendez-vous d’accompagnement spirituel consistent en un temps de prière et de partage de maximum 1h30, qui a lieu à l’église. La plupart du temps ce rendez-vous n’en appelle pas un autre, ou une inscription dans le long terme, comme ce serait le cas dans l’accompagnement psychothérapeutique. Il s’agit d’un temps offert sous le regard de Dieu, avec un accompagné (seul) deux accompagnants, œuvrant au nom de Jésus. Ce dernier peut exprimer ses lieux de questionnements, et dialoguer dans un cadre sécurisé et bienveillant, avec comme points de repères les Ecritures bibliques et le temps de la prière. L’objectif de chaque rendez-vous est de permettre à la personne d’avancer dans sa vie avec Christ, de comprendre comment poursuivre son chemin avec plus d’autonomie spirituelle avec l’aide de Dieu, en acquérant une forme d’autorité personnelle pour la conduite de son existence.
Les rendez-vous sont pris la plupart du temps par email à l’adresse rdv@dumarais.fr par des personnes de l’Eglise ou extérieures, ces dernières ayant pris soin d’en prévenir leur Eglise d’origine.

Qu’est-ce qui est attendu des accompagnants ?

Un accompagnant a souvent bénéficié d’un accompagnement pour lui-même. Il a été formé à l’Eglise protestante unie du Marais ; il a suivi un cursus de trois séminaires. Il est inclus dans une équipe et n’agit pas en son nom propre : il fait partie d’un ministère de toute l’Eglise, sous la supervision d’une équipe pastorale et l’autorité du conseil presbytéral. Il participe avec régularité à des sessions de reprise de toute l’équipe, qui constituent une formation continue et un lieu de renouvellement spirituel personnel. Chaque accompagnant s’engage à respecter une confidentialité totale vis-à-vis des personnes qu’il écoute, et qu’il connaît par ailleurs parfois dans la vie paroissiale. Les binômes d’accompagnement sont discernés au cas par cas, la plupart du temps composés d’un homme et d’une femme, sur la base des éléments apportés par la personne durant sa demande. En aucun cas la présence d’un pasteur dans le binôme n’est une nécessité. L’accompagnant ne deviendra ni un maître, ni un parrain, ni un père spirituel…

Qu’est-ce qui est attendu de l’accompagné ?

Disponibles pour tous ceux qui cherchent le Seigneur, nous prenons soin spirituellement plutôt des chrétiens, et si possible des chrétiens engagés dans une communauté locale. L’accompagné doit être disponible pour l’écoute de la voix de Dieu, et notamment la repentance ; il est l’acteur de sa libération, et il est mis en responsabilité. Il fait confiance aux personnes bénévoles, frères et sœurs en Christ, qui prennent du temps pour lui. Il vient en personne, librement, en ayant exprimé lui-même la demande d’être accompagné. Il reste à tout moment libre d’interrompre le rendez-vous et le processus, ou de refuser ce qu’on lui propose.

Ce que nous faisons

Notre perspective ultime est de rechercher ensemble le Royaume Dieu, dans la vie de l’accompagné et au-delà. Ainsi, nous nous rendons disponible à l’action de Dieu, qui n’a pas changé depuis les temps apostoliques ; par son Saint-Esprit, il nous aide à nous sanctifier, à être libérés des emprises de la maladie ou du malin, à vivre des guérisons du corps, de l’âme, de l’esprit, des relations. Nous cherchons ensemble la Vérité du point de vue de Dieu.

Ce que nous ne faisons pas

Nous n’allons pas dans les maisons des personnes. Nous ne donnons pas de supports pour la libération (prières écrites, eau, objets…). Nous n’utilisons pas de formules d’exorcisme. Nous n’exerçons aucune contrainte sur les personnes. Nous ne sollicitons pas de participation financière. Nous ne pratiquons pas de geste de type imposition des mains sans l’avoir expliqué et en avoir reçu l’autorisation par l’accompagné.
Nous sommes reconnaissants au Père de Jésus-Christ pour tout ce qu’il a opéré dans cette pratique par la puissance du Saint-Esprit et l’engagement des chrétiens à son service. A Dieu seul en soit la gloire.

validée par le conseil presbytéral en décembre 2015