Formation catéchèse

  • Louer Dieu, ça veut dire quoi ?

    16 Nov 2019

    La réponse à cette question n’est pas difficile. Louer Dieu fait partie de notre vie : par son Esprit, Dieu fait monter en nous une reconnaissance de qui il est et pour qui il est. La louange est donc une attitude qui, tout à la fois, dit qui est Dieu et l’honore. C’est l’oeuvre du Saint Esprit en nous.
    Nous trouvons dans les Ecritures plusieurs versets qui nous parlent de ce sujet :

    • Dans le Premier Testament, le livre de louange par excellence, c’est le livre des Psaumes. Les psalmistes invitent les fidèles à dire comment Dieu est bon, fidèle, puissant, miséricordieux et juste. Cet appel est lancé non seulement aux peuples, mais aussi à toute la création – les montagnes, la mer, la lune, les astres, le monde animal.
    • Dans le psaume 33, il est dit que la louange de Dieu est quelque chose qui est propre aux justes ; comme il est propre aux oiseaux de voler et aux poissons de nager, il est propre aux hommes droits de louer Dieu.Mais louer uniquement en paroles n’est pas ce que désire Dieu.
    • Dans le livre du prophète Esaïe, Il reproche à son peuple de le louer avec leurs bouches, tandis que leurs cœurs sont éloignés de lui (Esaïe 29:13).
    • Jésus reprend cette idée, en disant que « l’heure vient, et elle est déjà là, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité. En effet, ce sont là les adorateurs que recherche le Père » (Jean 4:23).
    • Dans ce même évangile, Jésus explique que le Père sera glorifié si nous portons beaucoup de fruit (Jean 15:8). Dieu attend donc de nous que nous le louions par nos actes. Et plus tard, l’apôtre Pierre écrira que même les non-croyants seront amenés à louer Dieu quand ils remarqueront notre « belle manière d’agir » (1 Pierre 2:12).

    Alors, oui, il n’est pas si difficile de répondre à la question « qu’est-ce que la louange? ». Ce qui est très compliqué, c’est d’appliquer cette réponse à notre vie de tous les jours. Être prêt, à tout moment, à dire « Oui, Dieu est bon, oui, je crois qu’Il demeure proche et fidèle, alors je choisis la paix et la confiance en lui plutôt que l’angoisse, la colère, la peur, ou la tristesse. Oui, je vais lui apporter tout ce qui me pèse et me contrarie, plutôt que de mettre en place mes propres solutions et appliquer ma propre justice. Je le laisse diriger, je suis prêt à l’écouter et à lui obéir. »

    C’est très difficile parfois, mais c’est à ce mode de vie que nous sommes appelés en tant qu’enfants de Dieu.

    Continue Reading
  • Un temple protestant à Paris inaugure une fresque du XVIIème siècle

    10 Nov 2019

    Le saviez-vous ? Le temple du marais; temple protestant de Paris situé dans le 4ème près de Bastille recèle de vrais trésors culturels et artistiques. Au moment où nous ne pouvons plus nous extasier au pied de la coupole qui surplombe l’Eglise, nous sommes invités à découvrir un petit trésor longtemps caché qui vient d’être dévoilé par le travail minutieux de trois restauratrices de la Ville de Paris. Dans l’ancien bureau dit « de Saint Vincent de Paul » (situé au dessus de la petite sacristie) et qui servit longtemps de débarras pour l’Eglise, une fresque datant du XVIIème siècle a été découverte il y a quelques années, recouverte d’une couche de peinture rose datant de 1946. A l’époque, on était sans doute moins sensible à l’art baroque qu’aujourd’hui… Il a fallu quelques années pour que la demande de restauration aboutisse, mais finalement le chantier a été ouvert il y a un an, et après 2 mois de travail la fresque est désormais visible. Mais chut ! Tout trésor qui se respecte doit garder sa part de mystère… Alors nous vous invitons à venir découvrir ce trésor le dimanche 24 novembre après le culte (12h précises !).

    Venez nombreux !

    Continue Reading
  • Pourquoi les protestants ne prient pas (pour) les morts ?

    1 Nov 2019

    S’il fallait répondre en une phrase à cette question « pourquoi les protestants ne prient pas (pour) les morts ? », alors nous serions tentés de dire tout simplement : « parce qu’ils sont morts ». A la lumière de ce que nous disent les Écritures, nous croyons qu’au moment de la mort, le corps et l’âme sont totalement détruits, tandis que l’esprit de chaque personne humaine rejoint le Shéol (séjour des morts), en attendant le jour du jugement et la résurrection des morts. La frontière posée par Dieu entre le monde des vivants et celui des morts est très claire : tout contact avec la mort entraîne une souillure pour ceux qui sont dans la vie. Nous devons donc nous préoccuper des vivants, et laisser les morts là où ils sont…

    En Dt 18,10-11, les prescriptions données par Moïse au peuple qui va entrer dans la terre promise sont tout aussi explicites : « On ne devra trouver parmi vous aucune des personnes suivantes : (…) quelqu’un qui envoute les gens, qui jette des sorts ou qui, d’une manière ou d’une autre, consulte les morts. ». Toute forme de communication avec ceux qui sont passés de l’autre côté de la mort s’apparente à des pratiques sorcières.

    C’est pour cette raison que les protestants ont refusé toute forme de prière pour les morts, et ont changé la tradition des services funèbres (célébrés en présence du cercueil avant d’aller au cimetière) en cultes d’action de grâces célébrés après le cimetière : une fois le cercueil déposé en terre, la famille se rassemble au temple pour rendre grâces à Dieu en évoquant simplement le souvenir du défunt. C’est aussi pour cette raison que nous ne célébrons pas la fête des morts.

    Continue Reading
  • Qui est Jésus pour l’église ?

    27 Oct 2019

    « Un mec barbu en tongs », « le chef des catholiques », « un célèbre illusionniste palestinien »… « quelqu’un qui a eu de la chance » (!) une équipe du ministère Alpha France a eu l’idée de poser la question « qui est Jésus ? » à des inconnus dans la rue, et les réponses sont plutôt surprenantes !

    Et vous, que répondriez-vous si la même question vous était posée ? Parleriez-vous de lui seulement par des vérités vagues et générales, diriez-vous n’importe quoi, ou bien parleriez-vous de lui comme on parle de quelqu’un qu’on connait bien, avec lequel on est intime ?

    La bonne nouvelle, c’est qu’on n’a jamais fini de découvrir quelqu’un, et c’est d’autant plus vrai pour Jésus !

    En novembre, nous voulons lire en Eglise l’Evangile de Jean, en s’arrêtant en particulier sur trois des sept discours dans lesquels Jésus lui-même décrit qui il est.

    Parfois, redécouvrir la foi chrétienne ou connaître une nouvelle intimité avec Dieu commence simplement par cette prière : « Seigneur, si tu existes, montre-moi qui tu es, je veux te connaître, je veux être proche de toi ». C’est cette prière que nous voulons faire ensemble en découvrant la manière dont Jésus se présente à nous.

    N’hésitez pas à inviter vos amis dans votre miniglise pour suivre ce parcours ! Si vous n’appartenez pas encore à une miniglise, vous trouverez certainement celle qui n’attend plus que vous sur la page : http://miniglises.dumarais.fr

    Pour suivre ce parcours chez vous avec vos amis, écrivez à pasteur@dumarais.fr

    Continue Reading
  • Journée famille au temple protestant du Marais

    19 Oct 2019

    Cette année, au temple protestant du Marais nous avions eu à cœur de mettre à part des journées spéciales pour les familles :

    • Pour équiper
    • Former
    • Echanger
    • Et prier

    La première journée se déroulera donc le 10/11 de 10h30 à 15h30. Le thème sera : « Prendre soin du cœur de nos enfants ».

    Au programme :

    • Un culte au format adapté pour les familles du temple protestant du marais à 10h30
    • Suivi d’un repas
    • Et d’un temps de formation comprenant enseignement, atelier et moment de prière

    Les enfants seront pris en charge par une équipe pendant le temps de repas et le temps de formation.

    Afin de préparer au mieux les aspects pratiques (repas, équipe pour prendre en charge les enfants) et organiser au mieux la journée, les famille sont demandés de s’inscrire à l’adresse suivantes : journeefamille.dumarais.fr.

    Continue Reading
  • Immersion ou aspersion, lequel est le vrai baptême ?

    11 Oct 2019

    La Bible nous raconte que Jésus a été baptisé dans un fleuve, le Jourdain. A cette occasion, il a très probablement été entièrement plongé dans l’eau (Matthieu 3, 13-17), c’est aussi comme ça qu’a été baptisée la majorité des premiers chrétiens. Cependant, le baptême par immersion n’était pas la seule pratique reconnue dans la première Église. Dès l’origine, des chrétiens étaient aussi baptisés par aspersion (de l’eau leur était versée sur la tête). La Didachè, un enseignement sur la pratique chrétienne écrit fin Ier s. début IIème s. (à la même période que la rédaction des Évangiles) préconise à son époque une pratique plurielle du baptême :« …baptisez au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit dans de l’eau vive. Mais, si tu n’as pas d’eau vive, (…) verse trois fois de l’eau sur la tête au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. »

    Aujourd’hui, la pratique de notre Église suit la même logique : le sens du baptême est le même que l’on soit entièrement plongé dans l’eau ou que de l’eau soit versée sur notre tête.

    Le baptême, comme la Sainte-Cène, est un moyen par lequel Dieu se communique à nous. Il est un signe que Dieu utilise pour communiquer sa grâce. L’eau symbolise la purification de notre corps et de notre âme, elle dit la mort, puis la résurrection. L’eau est le signe, mais c’est l’œuvre du Christ à la croix qui nous a rendus effectivement purs devant Dieu et qui nous a donné la vie (1 Jean 1, 7) ; à travers l’eau, c’est par le Saint-Esprit que le baptisé est au bénéfice de cette grâce (Matthieu 3, 11). Le baptême est avant tout un moyen que Dieu nous donne de nous rendre compte, dans notre corps, par nos sens, de la réalité de son salut. Pour cela l’eau est nécessaire, mais la question de la quantité d’eau reste secondaire.

    Il est donc aussi bien possible de faire un baptême avec 25 centilitres d’eau qu’avec 1000 litres car le Saint-Esprit en est l’acteur principal ! Au Temple du Marais, nous baptisons beaucoup d’adultes qui sont volontaires et qui signifient ainsi un changement radical de vie et aujourd’hui, nos bâtiments étant chauffés, on ne risque plus de mourir d’une pneumonie suite à un baptême comme ça a pu être le cas quand, après sa naissance au Moyen-Orient, le christianisme a commencé à se développer en Europe ! Nous avons donc la possibilité de baptiser par immersion… et nous ne voulons pas nous en priver !

    Envie d’en savoir plus sur le baptême ? 1PAS2+ Baptême approche ! Cette formation se déroule en deux matinées, les samedis 23 et 30 octobre. Inscriptions sur bapteme.dumarais.fr

    Continue Reading
  • Découvrez pourquoi le Saint-Esprit compte tellement pour l’Eglise ?

    6 Oct 2019

    Quand on parle d’esprit, de quoi parle-t-on ? En France, l’esprit évoque souvent une forme d’intelligence humaine (on dit d’une personne intelligente qu’elle a de l’esprit !), mais il peut également être compris comme un matériau, distinct de la pensée et des émotions, qui élève l’âme. Dans la Bible, l’esprit évoque d’abord Dieu : on parle alors du Saint Esprit. Présent dès la création du monde (« l’Esprit de Dieu planait sur les eaux »), il est décrit comme le souffle, tout à la fois discret et insaisissable, puissant et efficace : il console les coeurs, guérit les malades, ressuscite les morts ; il parle par les prophètes, fait trembler les forteresses, transforme les disciples en apôtres de l’Evangile…

    Mais si Dieu agit en l’homme grâce à son Esprit, c’est parce que, en le créant à son image, il l’a doté lui aussi d’un esprit. L’être humain est ainsi la seule créature qui est à la fois corps, âme et esprit. Et c’est par l’esprit que nous sommes connectés à Dieu, capables de saisir sa présence, d’entendre sa voix, de manifester sa puissance. La vie chrétienne est donc avant tout une vie de l’esprit et dans l’Esprit. Ce n’est pas en nous appliquant à observer des règles et des commandements que nous devenons chrétiens, c’est en accueillant l’Esprit du Christ vivant en nous : par lui Dieu se révèle dans les Ecritures, par lui nous devenons enfants de Dieu, par lui nous recevons le pardon, par lui nous portons du fruit bien au delà de nos capacités humaines. Voilà pourquoi nous devons prendre au sérieux l’exhortation de l’apôtre Paul : « N’éteignez pas l’Esprit ! » 1 Thess 5,17.

     

    Continue Reading
  • Pourquoi croire encore à l’église ?

    2 Oct 2019

    Qui de nous n’a pas été un jour déçu par l’Eglise ?

    Et pourtant, nous continuons de croire en sa pertinence, pourquoi ? D’abord, souvenons-nous qu’avant l’Église, il y a eu le Temple, celui de Jérusalem ! Et voici la promesse de Dieu qui était liée à ce lieu : « Je l’ai choisi, je l’ai consacré en acceptant d’être pour toujours présent parmi vous en ce lieu. Je veillerai toujours sur lui avec bonté. » (2 Chroniques 7,16 – PDV) : Le fait que Dieu offre avec le Temple un lieu identifié de communion dans lequel il choisit de se rendre disponible et accessible n’est pas rien : c’est un privilège énorme qu’il fait à son peuple. Longtemps après, Paul, fin connaisseur des écritures, utilise l’image du Temple pour parler de l’Église “vous formez avec tous les autres un lieu où Dieu habite par son Esprit,” (Ephésiens 2, 22) dit-il à ceux qui ont été sauvés par le Christ, après avoir affirmé que la communauté des croyants forme un “Temple Saint” (Eph. 2,21). Ainsi, l’Église en tant que communauté, dans la nouvelle alliance, revêt cette dimension sacrée de lieu de communion entre Dieu et son peuple qu’avait le Temple dans l’ancienne alliance.

    Aidés par le discours ambiant teinté d’individualisme, nous avons souvent bien acquis l’idée selon laquelle chacun de nous en tant que chrétien étions le “Temple de l’Esprit Saint” (1 Corinthiens 3,16) et cela a pu parfois nous conduire à croire que nous étions autosuffisants “chaque chrétien est un pape, la Bible à la main” dit-on, comme si on pouvait être l’Église à nous seuls. Mais ce n’est pas seulement chacun de nous qui sommes précieux aux yeux de Dieu, mais aussi ce lieu de communion qu’il offre à son peuple, comme une main tendue et un lieu de salut. L’Église est imparfaite, mais elle est aussi le lieu dans lequel la grâce de Dieu se manifeste, le lieu où il entend, voit, agit et se laisse trouver. Elle est un cadeau précieux qu’il chérit jalousement, dans son amour pour les hommes. Négliger l’Église, la rejeter ou la critiquer trop légèrement revient à rejeter l’une des grâces les plus précieuses offertes à ce monde : le lieu identifiable de la rencontre avec lui. L’Église est toujours décevante parce que les humains sont souvent décevants. Mais avons-nous bien en tête que la rejeter est une erreur aussi grave que celle de pécher en son sein ? Une attitude plus juste serait celle décrite dans l’épître aux Hébreux : “Prenons soin les uns des autres pour nous encourager à aimer et à faire le bien. N’abandonnons pas nos assemblées comme certains qui ont pris l’habitude de ne plus venir.” (Hébreux 10,24-25).

    Continue Reading
  • Arrêtez et sachez que je suis Dieu

    7 Sep 2019

    L’été pour beaucoup d’entre nous, est une période où le rythme des activités habituelles ralentit ; nous avons le temps de respirer, d’examiner l’année passée et réajuster nos plans pour l’année à venir. Et à la rentrée, le rythme s’accélère de nouveau ! Nous le constatons par le niveau sonore dans les rues de Paris ou par la densité des voyageurs dans le métro, et ce même si personnellement, nous ne changeons pas de mode de vie entre les mois d’août et septembre. Souvent cette accélération génère du stress, de l’énervement, de la fatigue.
    La bonne nouvelle c’est que nous n’avons plus à vivre selon la logique de ce monde, où le temps c’est de l’argent, où la réussite est proportionnelle aux efforts déployés, où les diplômes, les notes, les titres sont des preuves de notre valeur personnelle.
    La logique du Royaume de Dieu vient bouleverser la logique humaine.
    « Si une maison n’est pas construite par l’Eternel, ceux qui la construisent travaillent inutilement ; si une ville n’est pas gardée par l’Eternel, celui qui la garde veille inutilement. C’est inutilement que vous vous levez tôt, que vous vous couchez tard et que vous mangez un pain gagné avec peine: il en donne autant à ses bien-aimés pendant leur sommeil. » Psaume 127,1-2
    « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu; et toutes ces choses vous seront données par-dessus. » Matthieu 6,33
    Nous sommes donc tous invités à vivre désormais dans le Royaume de Dieu, à tout faire comme et pour Lui ; invités à nous rappeler que dans nos manquements Il déploie sa grâce quand nous faisons appel à Lui et qu’Il a besoin de nous pour se faire connaître dans ce monde. Et surtout, invités à chercher à construire des relations avec Lui, Le connaître chaque jour un peu plus et savoir nous arrêter dans nos routines pour communiquer avec Lui. Nous pouvons le faire partout, à tout moment !
    Et justement, si jamais vous êtes à proximité du Temple du Marais un mardi à 13h, n’hésitez pas à rentrer ! Vous aurez une occasion de prier et louer le Seigneur avec des frères et sœurs en Christ.

    Continue Reading
  • Une Eglise pour les familles

    6 Sep 2019

    « Nous avons entendu parler des événements d’autrefois, nous les connaissons.
    Nos parents nous les ont racontés : nous ne les cacherons pas à nos enfants. Nous raconterons aux générations qui viennent les actions glorieuses du SEIGNEUR, sa puissance et les choses magnifiques qu’il a faites. »
    Ce sont ces mots du Psaume 78 que nous disons ensemble chaque dimanche matin, avant de prier pour les enfants et adolescents de la communauté. Ces mots de la Bible nous rappellent notre responsabilité individuelle et collective envers les générations qui nous suivent : nous sommes envoyés vers eux comme des témoins de la bonté de Dieu.
    Après une pause estivale, nous aurons dès dimanche la joie de prononcer de nouveau ces mots, de bénir de nouveau les jeunes de notre communauté par notre prière, et de les accueillir dans leurs miniglises pendant le culte.
    En effet, pour accomplir notre mission de raconter à nos enfants les merveilles du Seigneur, nous voulons partager la Bonne Nouvelle à chaque enfant selon les besoins de son âge : ainsi, au culte du matin, les enfants de 0 à 3 ans sont accueillis dans la miniglise de la cannelle et ceux de 3 à 5 ans dans la miniglise de la moutarde pour un moment visant à leur permettre de découvrir par eux-mêmes l’amour de Dieu et d’entrer personnellement en relation avec Lui. Les enfants de 6 à 10 ans se réunissent dans la miniglise de la menthe pour un temps ayant pour but de les mener à mieux connaitre la manière dont cet amour s’est manifesté hier et se manifeste encore aujourd’hui. Et les adolescents de 11 à 17 ans se réunissent dans la miniglise du dattier pour ensemble cultiver leur plaisir à vivre avec Dieu et le servir. Les efforts que nous déployons en tant qu’Eglise pour cette mission sont considérables, nous sommes très reconnaissants au Seigneur pour les ouvriers qu’il envoie et qui s’engagent dans le ministère auprès des enfants et des familles cette année. Nous prions qu’il nous utilise puissamment, familles et Eglise, pour former une génération consacrée au Seigneur, vivant dès aujourd’hui les réalités de son Royaume.

    Continue Reading