Pourquoi les protestants ne prient pas (pour) les morts ?

1 Nov 2019

S’il fallait répondre en une phrase à cette question « pourquoi les protestants ne prient pas (pour) les morts ? », alors nous serions tentés de dire tout simplement : « parce qu’ils sont morts ». A la lumière de ce que nous disent les Écritures, nous croyons qu’au moment de la mort, le corps et l’âme sont totalement détruits, tandis que l’esprit de chaque personne humaine rejoint le Shéol (séjour des morts), en attendant le jour du jugement et la résurrection des morts. La frontière posée par Dieu entre le monde des vivants et celui des morts est très claire : tout contact avec la mort entraîne une souillure pour ceux qui sont dans la vie. Nous devons donc nous préoccuper des vivants, et laisser les morts là où ils sont…

En Dt 18,10-11, les prescriptions données par Moïse au peuple qui va entrer dans la terre promise sont tout aussi explicites : « On ne devra trouver parmi vous aucune des personnes suivantes : (…) quelqu’un qui envoute les gens, qui jette des sorts ou qui, d’une manière ou d’une autre, consulte les morts. ». Toute forme de communication avec ceux qui sont passés de l’autre côté de la mort s’apparente à des pratiques sorcières.

C’est pour cette raison que les protestants ont refusé toute forme de prière pour les morts, et ont changé la tradition des services funèbres (célébrés en présence du cercueil avant d’aller au cimetière) en cultes d’action de grâces célébrés après le cimetière : une fois le cercueil déposé en terre, la famille se rassemble au temple pour rendre grâces à Dieu en évoquant simplement le souvenir du défunt. C’est aussi pour cette raison que nous ne célébrons pas la fête des morts.